MCDXXXI-MCDXL - Metalship

Cover MCDXXXI-MCDXL500.jpgMetalship (Fr)

L’histoire du Black Metal n’est pas forcément la plus glorieuse dans l’histoire de la Musique avec un grand M. Et pourtant, c’est sans doute le courant musical qui suscite le plus d’émoi, entre fascination et polémiques, le nombre infini de groupes qui s’essayent au style est légion !
Depuis ses débuts, ce genre extrême a connu bon nombre de poseurs qui ne croyaient en rien, une course exacerbée vers la brutalité ou le blasphème gratuit, ou au contraire des groupes qui n’osent pas sortir des sentiers battus pour rester fidèle à un intouchable ‘esprit Black Metal’ afin de rendre hommage aux ‘grands’… Parmi cet amas de groupes qui errent entre confidentialité de l’underground ou imagerie poussée à l’extrême pour faire parler de soi, le nombre de groupes ayant un réel intérêt, tant musical qu’idéologique, a considérablement chuté ces dernières années.
Malmort fait partie de ceux qui ont choisi de perpétrer la tradition d’un Black Metal sans compromis, sans concession, un art noir qui n’a pas de noir uniquement ses corpsepaint, mais bel et bien sa musique.
Et si le nom de Malmort est inconnu à beaucoup d’entre vous, c’est la faute à une démo sur cd-r strictement limitée à 100 copies, réservée donc à de rares chanceux. La démo en question, Hollenfurt nous présentait un groupe inspiré par le Mal, avec son Black Metal old school et cradingue à souhait. Ceci-dit, elle n’avait visiblement pas marqué plus les esprits que ça. Sauf peut-être celui du label Hass Weg, qui, pour sa seconde signature fait ressurgir ce groupe des profondeurs dans lesquels il s’était perdu. Oui, comme beaucoup de groupes underground, on a une démo dans les mains, et il faut attendre, attendre pour voir un jour une nouvelle sortie… C’est désormais chose faite avec ce mini-cd sobrement intitulé MCDXXXI-MCDXL, ceux qui aiment les chiffres romains, je vous laisse le soin de calculer, parce qu’en plus du titre, la numérotation des 333 copies de ce EP est elle aussi effectuée avec ce système numérique d’un autre temps.
Mais venons-en aux faits ! Ce nouvel disque de la part de Malmort présente tout simplement un nouveau groupe ! Que les fans de la première heure ne se découragent pas, bien au contraire. Ce qui fait peau neuve avec MCDXXXI-MCDXL, c’est d’abord la prod qui apporte une puissance inattendue, un son peut-être plus propre également. Mais attention, cela n’entache en rien l’éthique du sacrosaint underground mais lui donne un sens encore plus vengeur et malsain.
Et avec un approche vraiment old school, Malmort n’en oublie pas pour autant quelques aspects mélodiques comme en témoigne le magnifique Sword UnderFrunace Bridge.
Après ces années à errer dans l’ombre, le groupe préparait doucement mais sûrement son retour dans le monde ténébreux de l’underground. Et on peut sentir tout le travail pour donner un impact à chaque compo, à chaque note qui sonne comme une attaque aux dogmes de la société actuelle et à la chrétienté. Les ambiances sont lourdes, malsaines et efficaces. Le chant crache son venin avec conviction, et on en redemande !
Et avec une reprise de Mercyful Fate, Malmort mérite son couronnement ! Plongeant l'auditeur dans un univers noir et dévasté, ce mini-cd renoue avec le véritable sens du Black Metal, un sens que certains avaient oublié !
En somme, ce nouvel EP est une véritable petite bombe, un concentré de noirceur avec toute la frénésie qui va avec ! Un disque qui tient ses promesses ! Et surtout, je pense avancer ça sans trop me tromper, mais on tient là une des sorties majeures de l’underground français pour 2010 !