Hollenfurt - Mezdoun

Cover Hollenfurt500.jpgMezdoun (Fr)

Ce projet issu d’une copulation musicale entre Bretagne et Savoie – Necrowarrior (Duaël) à la guitare, et Reicheran au chant, assistés de 2 membres d’Evohe à la basse et à la batterie – propose 4 titres d’un BM oldschool qui puise ses sources à la tradition scandinave. Rien d’original diront certains. Certes, il serait facile dans le cas présent d’avancer que le duo n’innove point et ne fait que reproduire des schémas déjà vus et revus. Donner sa propre définition d’un style qui a fait école reste cependant une option honorable, sur laquelle les amateurs ne feront pas la fine bouche.
Malmort applique ici cette recette basique, mais éprouvée, avec une maturité et un perfectionnisme évidents (on n’a pas non plus affaire à des débutants dans la scène) : un son mitonné aux petits oignons, des compositions simples et efficaces qui nous plongent dans les arcanes de l’âge sombre médiéval, (thématique annoncée par une illustration reproduisant l’une des gravures dédiées aux sorcières de Hans Grien Baldung), axées essentiellement sur des mid-tempos nous ramenant par réminiscences à l’ère nostalgique des premiers méfaits de Satyricon, et pour parachever le tout, des vocaux dans la pure tradition, mais dont l’écorchure personnelle apporte un poids de noirceur qui ne peut laisser indifférent.
Avec cette touche occulte qui n’est pas non plus sans rappeler par instants la première démo de Griffar, Malmort parvient donc sans encombres à donner à l’auditeur l’envie d’un séjour solitaire et contemplatif en des lieux préservés loin de l’agitation superficielle de notre époque, à parcourir quelque grimoire. Pour une première démo auto-produite, c’est un bon début, on en attendra de plus amples développements avec intérêt, avec le désir peut-être d’un travail plus élaboré sur le concept et l’imagerie- avec la présence des textes-, qui donnerait plus de corps à l’ouvrage, car l’esprit lui y est déjà bien présent.

Morgwen